Une histoire percutante et significative de terreur et de haine déchirante, de bonté et de courage extraordinaires, de foi véritable et d’humanité.
— Glenn Mitoma, directeur du Centre de recherches Thomas J. Dodd, de l’université du Connecticut.
Une histoire captivante de sauvetage qui oblige le lecteur à cerner plus profondément les choix moraux auxquels les humains sont confrontés au quotidien, mais particulièrement en périodes de crise.
— John J. Michalczyk, professeur, directeur-adjoint des études cinématographiques du Boston College.
De tels récits– de sauvetage et de risque encouru – méritent de figurer au cœur de la mémoire du génocide.
— Scott Straus, professeur associé à la faculté de science politique et d’études internationales à l’université du Wisconsin, Madison, et auteur de The Order of Genocide: Race, Power, and War in Rwanda (La dynamique du génocide : race, pouvoir et guerre au Rwanda).
Vous quitterez ce livre avec une considération nouvelle pour les Témoins de Jéhovah, une communauté chrétienne qui fit réellement honneur à son nom pendant l’horreur de 1994. 
— J.J. Carney, professeur associé à la faculté de théologie de l’université de Creighton (USA), et auteur de Rwanda Before the Genocide : Catholic politics and Ethnic Discourse in the Late Colonial Era (Le Rwanda d’avant le génocide : politique catholique et discours ethnique à la fin de l’ère coloniale).
Le livre nous aide à comprendre l’histoire du génocide et les forces qui ont transformé de nombreux Hutu en ennemis mortels. Des massacres majeurs ont eu lieu dans des églises et des terrains paroissiaux. Tharcisse et Chantal ont assisté avec horreur à l’implication de l’Église catholique, ayant consacré une grande partie de leur vie à cette église. La lueur d’espoir qui transparaît dans la tristesse de ce livre est le récit de Tharcisse sur son adhésion aux Témoins de Jéhovah, une communauté qu’il considère comme incarnant les vraies valeurs chrétiennes, et qui a résisté à la polarisation violente qui était devenue si dominante au Rwanda.
— Professeur Paul Bookbinder, Université de Massachusetts, Boston.